Interview Carlos Fangueiro

Carlos Fangueiro: «On doit profiter de ce moment»

A bientôt 39 ans, Carlos Fangueiro dispute sa quatrième saison à la tête de Bissen. Une saison à l'issue de laquelle il espère décrocher le titre.
A bientôt 39 ans, Carlos Fangueiro dispute sa quatrième saison à la tête de Bissen. Une saison à l'issue de laquelle il espère décrocher le titre.
Photo: Michel Dell'Aiera
Publié le jeudi 19 novembre 2015 à 14:38
 

Leader de la série 1 de Division 1, l'Atert Bissen rêve de s'offrir le scalp d'Etzella. Pour l'ancien joueur du Vitoria Guimaraes, les Jaune et Noir doivent y croire. «Notre organisation et notre esprit de groupe peuvent faire la différence», dit-il.

Par Eddy Renauld

Carlos, Bissen aime les derbies, après Mersch la semaine dernière en championnat (victoire 2-0),  vous allez défier Etzella en Coupe de Luxembourg?

On est heureux de ce tirage. Ce sont des rencontres qu'on attend avec impatience. Ce n'est pas tous les jours qu'on affronte des équipes de BGL Ligue.  Le club et les joueurs doivent profiter de ce moment. Etzella c'est particulier car les comités et les joueurs de ces deux clubs se connaissent. On a d'ailleurs affronté les Ettelbruckois la semaine qui a suivi la nomination de Claude Ottelé (victoire 2-0 de l'Atert). Mais vendredi, Etzella est le favori mais pourquoi ne pas créer la surprise.

Vous semblez bien connaître cette équipe ettelbruckoise, quelles sont ses atouts?

L'équipe est beaucoup mieux depuis que Claude Ottelé est à sa tête, il a apporté quelque chose à ce groupe notamment sur le plan du mental. Etzella a de la qualité mais cette formation n'est pas encore à cent pour cent, elle a pris des points en championnat mais elle peut encore mieux faire.

Et à l'inverse, avez-vous constaté des failles? 

Oui mais je les garde pour moi et mon groupe. Nous avons effectué un bon travail de scouting.

Dans quel état d'esprit se trouve Bissen?

Après avoir battu Mersch dimanche dernier, je dois avouer que la venue d'Etzella ne tombe pas au meilleur moment, Depuis quelques semaines, nous comptons de nombreux blessés dont des joueurs importants comme notre buteur Joao Portal, Bruno Matias sera lui aussi absent pour raisons professionnelles. Mais j'ai confiance, les onze joueurs qui entameront le match ne lâcheront rien.

Quel est le secret de la réussite de votre club?

Cela fait maintenant trois ans  que ce groupe vit ensemble. Tout le monde se connaît. En plus des qualités individuelles de chacun, l'esprit de groupe est important. L'organisation est importante que ce soit sur le plan offensif et défensif, nous n'avons encaissé que huit buts depuis le début du championnat. Notre reconversion offensive  pose de sérieux problèmes à nos adversaires. A l'entraînement, tout le monde est présent. Après 20 ans de professionnalisme, je suis parfois exigeant avec mes joueurs mais tout le monde vient aux entraînements. La discipline est aussi une explication de notre succès.

Petit dilemme. si on vous propose le titre en D1 ou un beau parcours en Coupe de Luxembourg, que choisissez-vous?

Le titre est l'objectif de Bissen. Cela fait trois ans que nous visons la montée. L'an dernier, cela s'est joué à peu de choses, on a perdu quelques éléments pour le second tour (blessés, travail,...). J'espère que 2016 sera la bonne mais la série avec les équipes du Nord est très relevée. Je considère la Coupe de Luxembourg comme du bonus. Mais attention, nous commençons à avoir de l'expérience à ce niveau. Lors de ma première saison à Bissen, nous avons été éliminés en quarts de finale par Differdange (2-0) et en 2013-2014, c'est à la suite de la séance de tirs au but que nous avons été sortis par Canach. L'an dernier, le Fola nous avait battus en 16es de finale (4-1). Nous avons aussi des arguments à ce niveau.

Un pronostic pour la rencontre de vendredi?

Je m'attends à un match difficile mais je suis confiant. L'Atert va gagner 1-0.

Vous avez évolué durant une vingtaine d'années dans le foot professionnel, n'avez-vous pas l'ambition d'évoluer plus haut dans la hiérarchie?

Naturellement, c'est l'ambition de chaque entraîneur. J'ai déjà eu quelques contacts mais je ne peux pas laisser tomber Bissen. Le club a fait énormément pour moi depuis que je suis au Luxembourg

Source: www.wort.lu